Comment soigner un rhume ?

Il existe heureusement plusieurs remèdes pour lutter contre ces fléaux saisonniers (rhume, rhinite ou rhinopharyngite) qui nous gâchent la vie.

Avant tout, il est important d’avoir une hygiène de vie saine, de ne pas fumer pour éviter toute infection respiratoire. Malgré tout, on peut être non-fumeur et souffrir de rhumes plus ou moins régulièrement.


La méthode douce : les lavages à l’eau de mer et les inhalations

Tout d’abord, débutez en réalisant des lavages nasaux et des inhalations. La célèbre pommade Vicks Vaporub fait des merveilles en massage mais aussi en inhalation (une cuillère à café dans un bol d’eau très chaude) grâce à sa composition riche en menthol, camphre et eucalyptus. Les lavages réguliers à l’eau de mer physiologique (de type Stérimar) sont aussi une très bonne alternative. Car ils permettent de combattre efficacement le rhume ou la rhinopharyngite.

Les comprimés anti-rhume : un traitement en vente libre mais risqué

Même s’ils sont disponibles sans ordonnance, les comprimés anti-rhume ne sont pas pour autant sans danger. Ils contiennent de la pseudoéphédrine, qui est un puissant vasoconstructeur. En réalité, ils peuvent causer des effets secondaires très graves mais rares. De plus, ils sont incompatibles avec certaines pathologies ou traitements médicamenteux.

Les sprays à base de cortisone à prendre moins d’une semaine

Pour en finir avec le rhume ou la rhinopharyngite, les sprays pour narines bouchées à base de cortisone sont plutôt efficaces. Mais si l’effet est quasi-immédiat, il est important de ne les utiliser que pendant une période limitée, c’est-à-dire moins de 7 jours.

Les antihistaminiques et les huiles essentielles

Les antihistaminiques et les gouttes nasales à base d’huiles essentielles sont idéaux pour calmer les éternuements et les écoulements symptomatiques de la rhinopharyngite. L’échinacée, sous forme de teinture-mère est parfaite en prévention, pour renforcer les défenses immunitaires.

Quand consulter ?

Il est impératif de consulter un médecin en cas d’aggravation de l’écoulement nasal (plus épais ou purulent) et/ ou de douleurs faciales qui peuvent être le signe d’une sinusite. Vous pouvez également demander conseil à un pharmacien, en cas de doute sur le traitement à adopter.

J’espère que mes suggestions vous seront utiles. Prenez soin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *